Actes Sud

  • Ce qu'il faut de désir

    Sophie Nauleau

    Après «La Poésie à l'épreuve de soi», après« Espère en ton courage», voici un nouvel opus ayant le désir pour cible. Entre aimantation des sens et sentiment d'inquiétude, qui sont les ferments de la poésie. Entre rêves d'enfance et impatiences aguerries. Entre secrets inavoués et septième ciel. Lorsque les mots osent les élans du sexe et de l'esprit. D'hier à aujourd'hui. Sophie Nauleau nous invite à un nouveau voyage à travers la poésie.

  • « Je ne saurais dire précisément à quel moment la poésie est entrée dans ma vie, car mes souvenirs n'ont pas le sérieux des éléphants. (...) Ce n'est qu'au lycée Pierre de Fermat qu'un insolite professeur de français a définitivement aimanté mon destin ». La Poésie plutôt que les sciences politiques. L'épreuve de soi plutôt que la réussite sociale. Huit saisons sur «France» «Culture» à animer « Ça rime à quoi ». Et aujourd'hui la grand-voile du« Printemps des Poètes», dont j'ai suivi les prémices au siècle dernier, à hisser droit devant. Sophie Nauleau. À travers ce texte court, Sophie Nauleau s'en remet à l'exaltation des forces poétiques et rend grâce à la voix des poètes.

  • Cet ouvrage raconte jour après jour l'attente d'un poulain, d'un crack. Onze mois, onze jours... Sous forme de journal, Sophie Nauleau raconte cette gestation vécue au plus près. Intime, dérangeant parfois, tendre assurément, touchant certainement, un récit peu banal. "Je ne prétends pas qu'un tel livre devienne, à l'instar de celui dont il détourne l'intitulé, une référence incontournable. Mais il se peut que dans un monde où il n'est pas si facile pour une femme de se forger un destin d'amazone, il soit bon de découvrir que l'on peut soudain s'épanouir à regarder grandir l'ombre des pommiers de Provence. Et que l'on peut même entrapercevoir sa propre renaissance à la lumière d'une tout autre naissance." Sophie Nauleau

  • Imaginée et crée par Bartabas, fondateur du théâtre équestre Zingaro, l'Académie équestre nationale du domaine de Versaille a ouvert ses portes en février 2003 dans la Grande écurie du château de Versailles. Lieu de spectacle et de formation, elle accueille des écuyers venus du monde entier, qui travaillent dans une dynamique d'écoute et de patience, guidés par la passion de Bartabas.
    Texte et photographies révèlent la vie de cette dizaine d'artistes écuyers ayant la responsabilité de 45 chevaux et la volonté d'apprendre bien plus que l'art de monter à cheval.

empty