Edilivre-aparis

  • Quelques jours après avoir mis au monde son deuxième enfant, Nathalie est hospitalisée. Elle qui pensait profiter pleinement du bonheur suscité par cette naissance, se retrouve cloîtrée dans une chambre : le temps s?arrête, sa vie aussi. Vont alors défiler tour à tour médecins quelque peu désinvoltes ou impudents, infirmières zélées, proches et amis plus ou moins sincères. Ces visites, qu?elles soient de courtoisie ou médicales, offrent à chacun l?occasion de jouer un rôle mais aussi de réfléchir sur soi : les points de vue se croisent et ne se ressemblent pas toujours? La rencontre décisive entre Nathalie et une vieille dame convaincra la jeune femme de quitter ce hors-temps, de se replonger dans la vie, la vraie, celle de l?extérieur dont le rythme oscille entre de pesantes déceptions et de petits ou grands bonheurs qui poussent à l?optimisme.

  • Ce recueil est un pot-pourri de situations du quotidien.
    Une lettre délirante mais bien réelle. Un portrait d'adolescent. Des réflexions sur la curiosité, l'après-séparation et l'égoïsme. Internet : un leurre, un outil ou de vrais mots d'amour aux maux d'amour ? Et des morceaux choisis, de la rencontre à la rupture?

  • Janice Swenson, jeune journaliste culinaire, tombe de bien haut lorsqu'elle est convoquée pour un entretien par le généreux et néanmoins magnat des affaires, Lucio Al Dio. Au cours de cette rencontre aussi improbable tant dans sa forme que dans son objet, Janice apprend stupéfaite et dans le détail, que son bel et troublant interlocuteur est détenteur d'un incroyable pouvoir, dissimulé dans une fiole de parfum. Quels doutes agitent donc Lucio et qu'espère-t-il obtenir en médiatisant l'affaire ? Vous le découvrirez en lisant « Conte à rebours ». De prime abord, conte à rebours est une agréable et divertissante fable sur le libre-arbitre, nous posant devant l'éternelle question qui est la suivante : « Que ferais-je si j'obtenais les plein pouvoirs ? » et nous de répondre par la réalisation de rêves et de fantasmes. Sous couvert de ce point de départ presque enfantin, s'inspirant d'un des contes des mille et une nuits, Philippe Rosset nous mène avec habileté à creuser plus avant la question : nous avons en nous un libre-arbitre qui nous permet de choisir de bien ou de mal agir, nous rendant responsable de notre propre malheur. Janice et Lucio sont les créatures choisies comme cobayes, dans le cadre d'un divertissant roman, moins léger qu'il n'y paraît.

  • Jeunes ou proches de la retraite, en contrat précaire ou fonctionnaires, les héroïnes de ce roman dont les histoires s'entrecroisent, ont en commun d'être employées dans la même entreprise de télécommunications. Au service client, des amitiés se nouent, la solidarité joue son rôle réchauffant quelque peu l'atmosphère glacée de ces grandes salles qu'on appelle « plateau téléphonique ». . C'est dans ce cadre que va se jouer un drame, changeant le destin de quelques-unes de ces « travailleuses sans visage », ces femmes qui ne sont souvent que des voix au téléphone auxquelles s'agrippent certains clients excédés vidant sur elles leur lot de réclamations.

  • ?oeCheers big ears? , nous transporte autour du globe avec un guide un peu particulier. Un personnage qui se fera prendre au piège par la beauté d?une langue? celle de Shakespeare. Tout d?abord réfractaire voire même à la limite du rejet, il en tombera pourtant étrangement amoureux.
    Dès les premières pages nous voici donc plongés dans un journal de bord bien original, ponctué d?anecdotes plus étonnantes les unes que les autres, et pour les moins captivantes.
    Quelques années plus tard, c?est dans ses salles de classe que notre voyageur, devenu enseignant, fera partager ses anecdotes pour raccrocher au wagon les plus réticents de ses élèves. Un moyen d?apprendre en s?amusant. Certains lui suggèreront même de les éditer? l?idée fait alors son chemin : et pourquoi ne pas leur faire quitter les murs de la classe ?

  • Edilivre vous présente le second livre de photographies de Frédéric BOURRET. Un livre de 75 photographies inattendues sur New York. Un angle, une vision, un talent photographique. Une atmosphère, une ambiance presque palpable.

  • Drame satyrique dansé des premiers temps de l'époque coloniale au Nicaragua et inscrit par l'UNESCO en 2005 au patrimoine de l'Humanité, Le Güegüense met en scène le gouverneur d'un district du Nicaragua. À la solde du pouvoir colonisateur, il décide de ponctionner les Indiens, tous marchands asticoteurs et trafiquants, en levant un impôt général pour ainsi assouvir ses ambitions impérialistes. Ses émissaires exécutent les ordres de façon satisfaisante, sauf concernant le Güegüense et ses deux fils (en fait l'archétype de tout le peuple indigène !), qui refusent de se soumettre et se rient de l?autorité. Sur ordre du gouverneur, les rebelles sont amenés de force au palais mais le Güegüense, brillant et rusé orateur, parvient bientôt à charmer le souverain et à obtenir de lui, pour son fils, la main de sa fille? Ce drame, admirablement raconté en espagnol nicaraguayen par María López Vigil et somptueusement illustré par son frère Nivio López Vigil, montre que la résistance, ainsi que la subversion moqueuse et non agressive, sont les meilleurs antidotes à tout totalitarisme, qu'il soit politique, médiatique ou consumériste.

  • Voussac... Beaurond... Mots magiques qui, tout au long d'une année scolaire aussi brillante que bien remplie, sont souvent revenus à l'esprit de Nadine...
    Quel bonheur, comme chaque année à la même époque, d'aller passer la plus grande partie de ses vacances dans cet endroit de rêve où les parents de son amie Hélène ont leur maison de famille.
    Quels seront cette année les amis conviés à partager les promenades dans la campagne verdoyante et les pique-niques dans la forêt des Colettes ? Confortablement installée dans le train qui l'emmène vers ses amis, la jeune fille sort de son sac, afin d'en relire certains passages, le petit cahier rose, confident de ses pensées et de ses espoirs secrets, qui ne la quitte jamais.
    Le train s'arrête en gare de Traveuil. Une silhouette s'encadre dans le rectangle de la porte. C'est celle d'un jeune homme de vingt-cinq ans à peine, vêtu d'un costume de sport gris et coiffé d'une casquette plate de teinte claire. Il ne demanderait pas mieux que d'engager la conversation... Mais cette incorrigible timide décide de feindre l'indifférence la plus complète?

  • Elle n'est jamais très loin, on la prend de plein fouet et elle nous suit à la trace. Qui n'a jamais eu HONTE ? Ces pincements au coeur comme un caillou dans la chaussure, ces douleurs comme une pierre dans le ventre, Fatima Aït Bounoua nous en donne à voir à travers seize nouvelles seize situations, seize honteux. Des mots pour ceux qui les ont ravalés, des tranches de vie un peu écrasées, des petits bijoux d'écriture quand les perles ont roulé par terre. « Et au milieu, il est là, seul, la tête dans ses genoux, protégée de ses mains, aussi seul sur cette terre sablée, qui devrait être pourtant familière, que dans la cour de l'école. Il échappe aux cris des enfants, il s'imagine se lever, s'arracher la langue pour la leur jeter, pour la jeter aussi aux chiens errants, aux chiens rongés de tiques et de pisse, aux chiens qui eux s'acceptent, rien qu'en se reniflant sans même avoir appris à aboyer. La langue gisera, recouverte d'une fine couche de poussière collant à la surface humide de la chair, comme la chapelure sur une tranche de dinde. Les chiens la renifleront, la feront rouler, la partageront peut être et plus personne ne lui en parlera. » Au sommaire: L'héritage L'Homme sans secrets Muses fracassées « Il faut qu'on parle. » Le Passeur amoureux Mohamed et le Sultan C'est moi qui l'ai fait ! Poupées déchirées « Tu te vexes pour rien ! » Tu fais quoi de tes journées ? Arracher la langue. Chronique d'une violence ordinaire Le mot Elle sait pas s'y prendre. « Tu te vexes pour rien ! » Et moi ?

  • Une jeune fille séquestrée par un malade doublé d'un pédophile manipulateur, un tueur fou rodant dans une ville en y semant la terreur, des psychopathes à peine pré pubères...
    En tout, ce sont dix histoires plus sombres les unes que les autres que vous propose Fatou. Elles vous transporteront au c?ur même du mal, de la souffrance et de l'horreur.
    Découvrez-les sans plus attendre et ensuite racontez-moi ; comment vous sentez-vous ?

  • Cré Lou-Vérou - Sacré Loup-Garou met en scène un ancien louvetier convaincu du retour imminent des loups en pays bourguignon. Escorté en forêt par un étrange bestiaire - son chien, un blaireau, un lièvre, un hibou, différents oiseaux -, le héros fustige les effets pervers de la mondialisation dans nos villages et dans la vie des bêtes.

    Déléguant la parole à des animaux facétieux, l'auteur, dans un style vif et humoristique, nous projette dans un cadre à la fois enfantin et féerique peuplé de personnages pittoresques et attachants.

  • L'équipe de football professionnelle du Montpellier HSC, promue en Ligue 1 lors de la saison 2009/10, a réalisé l'exploit sportif de terminer l'exercice à la cinquième place, qualificative pour la Coupe d'Europe. Hôtel de la Mosson vous plonge dans l'intimité d'un supporter sans complexe qui aborde toutes les facettes d'une activité souvent stigmatisée, sans laisser sur la touche un engagement littéraire incisif. Revivez l'idylle sous un aspect insolite et laissez-vous porter par les témoignages inédits de joueurs internationaux de l'équipe. Dans la lignée d'une saison exceptionnelle, ce livre coïncide avec la première finale d'une Coupe Nationale disputée par le club au Stade de France, le 23 avril 2011. Après Le Goudron et la Plume publié en 2009, Hôtel de la Mosson est le second ouvrage de Benjamin Conte. Photo : Nasserdine Hamidat.

  • Adèle ne pensait pas que sa balade en forêt allait lui faire gouter à la vie de robinson. Mais ce n'était là que le début des épreuves qu'elle allait avoir à surmonter, accompagnée de son fidèle Rufus, aux côtés de nouveaux compagnons plus étranges les uns que les autres. Comme d'habitude, l'adversaire était de taille et ne reculait devant aucun crime...

  • « Je vous invite à les découvrir les récits fantastiques, des jeunes des Ecoles de la Deuxième Chance à Argenteuil.
    La puissance de l'écriture de science fiction réside dans le pouvoir de conviction qu'elle inspire auprès de ses lecteurs. En clair, rendre crédible un univers irréel n'est pas à la portée de tout le monde. Bien évidemment, cette faculté d'expression nécessite une bonne dose d'imagination, un incroyable sens de l'humour, un esprit visionnaire sans omettre un certain talent de plume, voire le talent certain de Mareva, Ameline et Sarat !
    Bonne lecture à tous ! » Par Catherine Zoungrana Coach littéraire www.prix-litteraires-aadc.com

  • Léa et Jonathan deux adolescents amis d'enfance et amoureux, découvrent dans le Bois de la Chaise, derrière la Plage des Dames de Noirmoutier, le corps d'une jeune fille assassinée. C'est le temps des vacances et plusieurs familles sont installées dans ce lieu de villégiature : Les Daugrois, pharmaciens à Challans, parents du jeune Jonathan. Les Derville, parisiens. Le père est dentiste. Ce sont les parents de la jeune Léa. Les Vernier, jeune couple de vacanciers, venus de la région parisienne. L'enquête est menée par le commandant de gendarmerie, Jamain. Il va être aidé par Caroline Sergent, dont la famille est venue passer quelques jours chez leurs amis Daugrois. La victime, une étudiante de 19 ans était aussi danseuse et stripteaseuse dans un night-club et connaissait et fréquentait le père de Jonathan, pharmacien et notable de Chalans, malheureux en ménage. L'assassinat se double donc d'une histoire de moeurs qui ne doit pas orienter les enquêteurs sur une fausse piste. Sur fond de plage et bord de mer, l'enquête ne manque pas de sel.

  • Rentrant de ses ultimes achats de Noël, Joël Jollet découvre un bébé gazouillant dans une poubelle. Ne sachant que faire, il s?empresse de ramener le nourrisson auprès de sa propre famille. Quand, quelques jours plus tard, il reçoit un message de remerciements pour leur attitude protectrice vis-à-vis de la petite Violette, toute la maison décide de percer le mystère qui entoure l?enfant.

  • Une mère témoigne : son garçon de 17 ans a été assassiné d'un coup de couteau, suite à une querelle entre deux bandes rivales des cités en banlieue parisienne. Étrangers à ces disputes, adolescent sérieux et généreux, Sami s'apprêtait à entrer dans l'armée de l'air. Notre avis : "Pour dire non à cette brutalité, Maria se bat pour son fils, pour que cela n'arrive plus jamais. Ce livre est basé sur une histoire vraie. L'amour d'une mère qui a perdu son enfant, abattu froidement sans même connaître son agresseur". L'histoire d'un jeune victime de la violence urbaine. Un livre boulversant.

  • Un écrivain délaissé par le public et vivant aigri dans la solitude d'une ferme du Var cesse de donner de ses nouvelles. Contacté par Susanne MCGinnies, la fille de l'auteur, le détective Jean-Jacques Jordin le découvre dans sa chambre, mort depuis plus de trois mois. Un trousseau de clés a disparu. L'écrivain a brûlé des papiers. On ne retrouve pas ses économies qu'il a récemment rassemblées et retirées. On ne sait ce qu'est devenu son chien. Le détective découvre qu'il n'était pas seul les jours ayant précédé sa mort. Avec qui était-il ? Le détective rencontre alors les amis et les femmes qui furent importantes dans la vie de l'écrivain, sans pour autant pouvoir éclairer les aspects mystérieux de cette mort. Jusqu'à ce qu'il puisse enfin retourner les évidences.

    Un roman policier captivant où de courts chapitres épistolaires ponctuent une intrigue rythmée et composée avec habileté.

  • « Dans un réflexe, je me suis rejeté en arrière, le souffle court. La trouille me broyait les tripes et je me suis mis à tourner en rond dans la pièce comme une bête traquée, ne sachant quelle décision prendre. Je m?imaginais embarqué, bracelets aux poignets, le regard de la concierge planté dans ma nuque. Cette injustice m?était insupportable. » Pax hôtel Par une écriture rythmée, fluide et incisive, Philip Delaveau nous offre avec Dernières nouvelles un recueil à l?atmosphère proche de l??uvre d?Edgar Allan Poe.

  • Jujube Le Dégourdi fait partie des romans écrits pour la jeunesse par Albert Bonneau. Il a été publié pour la première fois en 1936.

    Tout comme Albert Bonneau au même âge, Jujube rêve d?être détective quand il sera grand. Bien souvent, au grand désespoir de son père, il se laisse aller à imaginer les aventures passionnantes les plus diverses plutôt que de suivre les enseignements de son instituteur.
    L?occasion de se distinguer va lui être donnée à la suite du vol de la caisse de la boulangerie de ses parents. Pas du tout d?accord avec les conclusions de la gendarmerie, sans que ses parents s?en doutent, notre écolier va oublier devoirs, livres et cahiers pour se livrer à sa propre enquête? Cette réédition de Jujube Le Dégourdi a elle aussi, son histoire...

    En effet, depuis le 1er juillet 2011, l?école de Voussac porte le nom d?Ecole Albert Bonneau.
    A cette occasion, une manifestation sympathique a été organisée dans la cour de l?école. Y figuraient en bonne place l?exposition et la présentation des travaux et des dessins exécutés tout au long de l?année, sur la vie et l??uvre d?Albert Bonneau, par les élèves de la classe de Monsieur Laurent.
    Venait d?être décidée la réédition de Jujube Le Dégourdi , avec la réalisation d?illustrations en début de chaque chapitre, comme dans l?édition originale? Devant le sérieux et la qualité du travail exécuté, l?idée est venue, pour garder le souvenir de cette journée particulière, non plus de faire exécuter, comme prévu, les dessins par une dessinatrice professionnelle, mais d?en confier la réalisation aux élèves de l?école Albert Bonneau. C?est finalement Aurore Fritsch, qui, sans avoir connaissance des dessins originaux a accepté de laisser libre cours à son imagination pour représenter les situations et les personnages concernés par l?histoire. Assistée de Louise Guillaumin, elle a consacré une partie de l?été à des devoirs de vacances inattendus que n?aurait pas désavoués l?auteur.
    II est de plus tout à fait vraisemblable qu?une fois de plus, pour imaginer le lieu de l?action, comme il le faisait souvent pour ce genre de romans, Albert Bonneau se soit inspiré de Voussac et de sa campagne, tout comme de la boulangerie dont le gourmand qu?il était réclamait la brioche chaque fois qu?il venait séjourner à Beaurond? Illustration de la couverture réalisée par Hélène Ichioka

  • Qui tue ces jeunes femmes ? Le doute et la peur envahissent les habitants le long de cette route de plusieurs centaines de kilomètres dans le Grand Nord Canadien. De nombreuses jeunes Amérindiennes disparaissent ou sont retrouvées curieusement mutilées sans que les autorités ne réagissent. Le mystère perdure jusqu?à ce que, enfin, la nouvelle coroner en chef, le Dr Maryse Tremblay, s?intéresse à l?affaire et décide de confier l?enquête à un duo de choc : Tiphaine Dumont, jeune avocate française fraîchement nommée coroner, et Sir James Jeffrey, épigraphiste anglais à la retraite et au flegme tout britannique dont l?érudition sera mise à rude épreuve.

    Inspiré d'un fait divers réel, voici un nouvel opus des enquêtes de Tiphaine et Sir Jeffrey mêlant habilement suspense, humour glacial et aventure qui vous conduira cette fois des buildings de Montréal aux confins du Grand Nord Canadien.

  • Gilles voit passer ses jours dans un casino clandestin où il travaille en tant que croupier. Il est pris d'un coup de folie lorsqu'il s'enfuit avec l'argent du coffre, car il sait que les gros bras de son patron ne tarderont pas à se mettre sur ses traces et que leurs méthodes ne sont pas des plus tendres. Il trouve refuge sur l'Île de Noirmoutier et croise la route d'un « Ange » qui ne demande qu'à le protéger?et à l'aimer. Quelques années plus tard, la découverte d'un trésor mythique a lieu sur l'Île de Raïatea en Polynésie française. Une tragédie, qui s'est déroulée dans le passé, va réveiller des fantômes qui réclament justice. Quel est le lien entre ces deux histoires ?

    De Noirmoutier aux îles du Pacifique, action, règlements de comptes, spéculations financières, amour sont le lot de cette aventure haletante, sur fond de paysages paradisiaques. Un duel implacable va confronter de jeunes aventuriers aux pouvoirs de l'argent. Les masques finiront par tomber et les véritables personnalités des protagonistes se révéleront au grand jour. Un roman hautement porté par sa tonicité et le voyage qu'il sait offrir au lecteur.

empty